Rechercher

Login

CORTES Edouard Tableau 20ème siècle Paris animation le soir sur les Boulevards Huile sur toile signée

Dans Peintures
Proposé par 
  • N° de Stand: 11 / 121
  • Galerie: Violon d'Ingres
  • Siècle: 20ème Siècle
  • Époque/Style: Art Nouveau
  • Dimensions: 50 x 65 cm
  • Matériaux: Huile sur toile signée
  • Provenance: Collection privée Française
  • Signature: CORTES Edouard león ( 1882 / 1969 )

CORTES Edouard león ( 1882 / 1969 )
Paris, animation le soir sur les Boulevards des Italiens.
Huile sur toile signée en bas à droite.
50 / 65 cm
Cadre d'origine.
Certificat d'authenticité de Mme Nicole Verdier avec inclusion au catalogue raisonné Volume II.
Musées : Paris : Musée d'art moderne de la ville de Paris, Musée Georges Pompidou, Musée du Louvre, Musée National des Arts et Métiers, Musée d'Orsay, Musée de la poste.
Abbeville, Arras, Auxerre, Avallon, Beauvais, Bilbao, Bordeaux, Caen, Calais, Cannes, Charenton, Charleville-Mézières, Cherbourg, Dijon, Douai, Grenoble, Hyères, Lanny-Sur-Marne, Lille, Nevers, Saint-Etienne, Sevilla, Strasbourg, Toulouse, Troyes, Vincennes.
Edouard Cortès,
Son père, Antonio Cortès, fut un peintre de la Cour Espagnol réputé. Son grand père, André avait été artisan. Une vie de jeune prodige que la sienne : dès l'âge de treize ans, Cortès apprend la technique des paysagistes, grâce aux conseils de son père. A vingt-cinq ans, en 1907, Cortès se spécialise, Il va exceller dans ces scènes parisiennes, dont les coloris brillants, les contrastes de lumière autour d'une dominante rouge, jaune ou bleue se reconnaissent facilement. Il a également rapporté de chacun de ses voyages en Bretagne ou en Normandie de nombreuses études. En 1915, il est engagé volontaire pendant la guerre et se retrouve affecté dans l’Infanterie. Dans les tranchées, il exécute plusieurs dessins des positions ennemies. Il réalise un grand nombre d’études sur la vie militaire et sur les paysages de guerre qu’il traverse. De retour à Paris en 1919, il envoie à nouveau ses travaux aux divers Salons. En 1920, le marchand de tableaux autrichien Hugo Arnot, qui avait exposé les peintures de Monet en 1911 et 1912, commence à acheter celles d’Edouard Cortès. Cortès devient une valeur sur le marché de l'art. Dès 1921, ses vues de Paris et ses intérieurs Bretons sont disputées par les plus célèbres collectionneurs. Cortès ne recule jamais devant le détail : bec de gaz, tramway, enseigne lumineuse... Mais le peintre ne se moque pas non plus du chaland. Les ciels orageux, l'asphalte mouillée, les chaudes lumières des vitrines, Cortès en fait sa griffe personnelle, sa signature, et nous emmène pour une promenade dans les rues pluvieuses ou enneigées de Paris.
L’année suivante, il participe aux trois expositions organisées dans le Grand Palais des Champs-Elysées. La critique l'encense une fois de plus. Dans l'entre deux-guerres, il reçoit de très nombreuses récompenses. Sa notoriété devient immense. Au cours de la seconde guerre mondiale, il s’installe en Normandie avec sa famille, à Cormelles-Le-Royal. Dans les années 50, il retourne à Lagny, d’où il ne partira plus. Il meurt en 1969.
PS : Le prix de ce tableau ne peut être donné qu’à la galerie.

Coordonnées

  • Galerie n° : 11 & 121 - Allée 1 - 148 bis Allée 2
  • Nom : Violon d'Ingres
  • Téléphone Portable : +33 (0)6 20 61 75 97 / (0)6 20 81 26 96

Pour parcourir le catalogue de l'antiquaire : cliquez ici

Site internet : www.violondingres.fr E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.
Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.