Rechercher

Login

Adoration des Mages – Ecole génoise, entourage de Battista Castello fin du XVIème siècle.

Dans Peintures
Proposé par 
  • N° de Stand: 108
  • Galerie: Art & Antiquities Investment
  • Siècle: Avant le 17ème Siècle
  • Époque/Style: Renaissance
  • Dimensions: 118 x104 cm
  • Matériaux: Huile sur panneau

Huile sur panneau de peuplier – Grande et spectaculaire composition de l’école génoise par un peintre de l’entourage immédiat de Giovanni Battista Castello « Il genovese » (1547 – 1637).

Notre Adoration des Mages, probablement une commande pour un palais génois, reprend les schémas de construction d’œuvres miniatures de Battista Castello avec un système de coulisses qui parait emprunté aux peintres du siècle précédent.

La riche palette de couleurs flamboyantes, les fonds bleutés, les décors de ruines antiques et les personnages empreints d’un maniérisme tardif, nous plongent dans l’atmosphère d’une Italie du Nord qui achève sa Renaissance.

Dans un paysage aérien qui offre une nature amène, les Mages apportent leurs offrandes (myrrhe, encens et or), et une foule bruyante s’agite autour de l’Enfant. Seul personnage tourné vers le spectateur et l’index levé, Saint-Jean Baptiste est reconnaissable (au centre droit). La proposition de notre peintre est une réelle innovation : il introduit ce personnage qui ne peut être présent dans la scène. Nous pouvons y voir un bel hommage à l’inventeur de la composition, Giovanni Battista (Jean-Baptiste) Castello.

A l’arrière-plan, cavaliers et piétons, guidés par « l’étoile du Berger », forment une file qui s’étire à l’infini pour venir honorer le Messie. Quant aux enfants et aux amours cachés dans les niches, ils nous renvoient à quelques peintures des maîtres italiens de la Renaissance. Enfin, sous la scène, coule une rivière souterraine, source de vie. 

Notre composition est très proche d’une gouache sur parchemin datée 1584 conservée dans les collections du musée Städel de Francfort. Et d’une autre datée 1592 vendue en 2006 par la maison de vente Van Ham Kunstauktionen.

Le cadre vénitien du 16ème siècle aux influences émiliennes (ressemelé) est richement sculpté de feuillage et d’une multitude de fruits (poires, figues, fraises, tranches d’agrumes, grenades…). Un modèle similaire de plus petites dimensions est illustré page 155 du Répertoire du Cadre Européen de Roberto Lodi et Amedeo Montanari.

Dimensions : 85 x 70 cm la vue - 118 x 104 cm avec le cadre

Battista Castello (Giovanni Battista) dit « il genovese » (Gênes 1547 – Id. 1637) est un peintre miniaturiste rattaché à l’école génoise. Il est le frère du peintre maniériste tardif Bernardo Castello. Le surnom permet de le distinguer d’un homonyme dit « il bergamasco », actif à Gênes dans la même période.

D’abord orfèvre de reliquaires (« La vie des peintres, sculpteurs et architectes génois » de l’historien de l’art Raffaele Soprani), Battista pratique la miniature, discipline à laquelle il finit par se consacrer entièrement. En cette seconde moitié du 16ème siècle, dans le climat spirituel et culturel de la Contre-Réforme, l’art de Castello rencontre un grand succès.

Considéré comme un autodidacte, il est cependant certain que Castello fréquente assidument l’atelier de Luca Cambiaso, dessinant tout le bagage culturel que comporte ce centre d’éclectisme artistique et y ajoutant l’expérience des graveurs nordiques. En 1584, dans le sillage de Luca Cambiaso et de Lazzaro Tavarone, il est appelé à la cour d’Espagne par le roi Philippe II pour lequel il enlumine des livres sacrés (Soprani).

Sur le plan linguistique, Castello parait tourné vers le passé glorieux du Moyen-Age avec une attitude de piété et de dévotion. Ce qui donne à son travail une distance abyssale par rapport aux peintres italiens dans l’articulation des 16ème et 17ème siècles, comme le Carrache ou le Caravage. Sa palette est harmonieuse et juste et son exécution est soignée.

Si l’on en croit Soprani, le corpus des œuvres de Castello doit être très nourri, car « il conservait chaque morceau de papier, la moindre esquisse, le plus petit croquis… Il avait rempli certains livres d’une infinité de miniatures» avec l’intention de « faciliter le chemin de ceux qui voulaient entreprendre la miniature ». D’autre part, les collections patriciennes génoises regorgeaient d’œuvres du Castello. Son catalogue est donc partiel et reste à dresser. Cf. base Treccani

Coordonnées

Galerie n° : 108 - Allée 1
Nom : Matranga
Prénom : Thierry
Téléphone Portable : +33 (0)6 77 09 89 51

Pour parcourir le catalogue de l'antiquaire : cliquez ici

Site internet : www.marchebiron.com E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.
Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.